Les désaccords sur la résolution de la crise politique au Togo provoquent une autre crise au plus haut sommet de l'organisation africaine


Le président de l'Union africaine (UA) , Olusegun Obasanjo, également président du Nigeria, a rejeté la nomination d'un médiateur dans la crise du Togo, affirmant que cela n'était pas nécessaire puisque toutes les parties avaient accepté de former un gouvernement d'union nationale, a indiqué lundi sa porte-parole.

M. Obasanjo a refusé la nomination de l'ancien président kenyan Kenneth Kaunda comme médiateur de l'UA mais cela ne veut pas dire qu'il y ait une crise ou une scission au sein du bloc de 53 membres, a déclaré   Remi Oyo.

Selon les informations, M. Obasanjo a déclaré vendredi à Lomé, capitale du Togo, que la nomination annoncée par le président de la Commission de l'UA, Alpha Oumar Konaré, avait été faite sans qu'il soit consulté.

Obasanjo furieux

Les médias ont rapporté que M. Obasanjo était furieux et qu'il refusait de devenir un président ratificateur, laissant entendre qu'une crise menaçait l'UA.

"Ce n'est rien", a déclaré Mme Oyo, "Ceux qui veulent voir une crise là-dedans ne souhaitent pas la réussite de l'Afrique", a-t- elle ajouté.

Le Togo a sombré dans une crise début février suite à la mort du président Gnassingbé Eyadema qui avait dirigé le pays pendant 38 ans. Son fils avait été désigné chef d'Etat par l'armée puis avait été contraint de se retirer pour participer à une élection en avril.

Faure Gnassingbé a remporté l'élection présidentielle et les résultats ont donné lieu à de violentes manifestations.

L'UA, qui souhaite que les problèmes africains soient résolus par les Africains, est intervenue pour que Faure Gnassingbé et l'opposition négocient. Ils ont convenu de former un gouvernement d'union nationale mais la situation reste tendue au Togo.

(Avec Xinhuanet)