Germain Méba, connu comme un magnat de l’informatique et des cybercafés au Togo et fondateur de la société CIB-INTA serait-il en train de se recycler dans la vente de ciment ? Il y a lieu de se poser la question. L’homme est actuellement très investi dans la vente de ce matériau de construction dans la région de la Kara, tirant ainsi profit du malheur que vivent les populations confrontées à une pénurie du produit. Le nouveau vendeur de ciment aurait, selon nos informations, littéralement gonflé le prix de la tonne. Au lieu de 81.000, elle est vendue à plus de 100.000 Fcfa dans ses magasins.

Le Togo est un pays producteur de ciment et dispose de deux grandes usines qui tournent à plein régime pour alimenter le marché intérieur. Mais force est de constater que les ruptures de stocks de ciment à Lomé comme à l’intérieur du pays sont devenues très récurrentes. La preuve, les régions de la Kara et des Savanes font face depuis plusieurs semaines à une pénurie. Selon les responsables de Cimtogo et Fortia, les deux grandes usines de production, ces problèmes sont dus à une panne sur les équipements. Ce qui ne les a pourtant pas empêchées de poursuivre leurs exportations de ciment vers l’hinterland, au grand dam des populations. Recherche de profits oblige, n’est-ce pas ?

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, cette situation est une véritable aubaine pour des opérateurs économiques togolais à l’appétit glouton qui, nonobstant la pénurie alléguée, convoient des dizaines de tonnes de ciment vers les régions touchées. Ce n’est un secret pour personne, ces opérateurs économiques ont embrassé ce commerce dans le seul but de tirer le maximum de profit du malheur des populations.

L’argent n’a pas d’odeur, dit-on, mais il sent les profiteurs. Dans cette manœuvre, on cite le nom de Germain Méba, grand patron de la société CIB-INTA et originaire de la Kozah.

Même si ses activités sont plus portées sur les produits informatiques et bureautiques et non sur la vente de ciment ni de quincailleries, quand il a appris la nouvelle, l’homme n’a pas hésité à se lancer dans le business pour se faire du profit. C’est le flair de l’homme d’affaires, diront certains. Mais pour les populations, ce flair a quelque chose d’indécent. Selon les informations, dans les magasins ouverts à Kara par Germain Méba, la tonne de ciment coûte 100.000 Fcfa au lieu des 81.000 Fcfa prix officiellement fixés par l’Etat togolais pour le marché intérieur. Cette situation, nous confie-t-on, serait en train d’agir fortement sur la bourse des nouveaux propriétaires de maisons.

La question que se posent aujourd’hui les populations de la Kozah face à cette spéculation est la suivante : comment Germain Méba lui, a-t-il procédé pour avoir tant de tonnes de ciment pendant que les traditionnels partenaires d’affaires de Cimtogo et Fortia ne sont plus approvisionnés ? C’est une question de réseau, répondent certains. Alors, cette pénurie ne serait-elle pas artificielle créée par un groupe de personnes qui veulent se sucrer sur le dos des pauvres populations ? La question reste posée.

Toutes nos tentatives pour joindre hier M. Méba le DG de CIB-INTA en vue de recueillir sa version des faits se sont avérées infructueuses. Il est injoignable sur son numéro. Nous y reviendrons.

Article signé Olivier A. (Source Liberté)